That's a long way to hell
That's a long way to hell
Back Cover
Look Inside

That’s a long way to hell

Néoberlin. Hans n’a qu’un rêve : vivre de sa passion, la guitare, monter un groupe et remettre au goût du jour le heavy metal. Qu’importe si imposer ses idées, ses paroles et sa musique dans ce monde dévasté où la militsia surveille chaque fait et geste se révèle un combat permanent. Son meilleur ami est plutôt d’avis qu’il devrait travailler à l’usine pour gagner sa croute au lieu de courir après la gloire éternelle. Un beau jour, les Gun’s passent de l’ombre à la lumière. Dès lors, comment garder la cohésion au sein du groupe quand les tensions et l’ambition dévorent ses membres ? Qui est vraiment Ana, cette mère froide et dépressive, qui a toujours détesté Hans ? Sans réponses à ses questions, il s’enferme dans son monde où alcool et drogues incarnent son seul réconfort. Et le jour où Hans commence à voir des fantômes, tout bascule…

4,99 

That's a long way to hell – Ebook
4,99 
That's a long way to hell – Paper
18,00 
Format

,

Nombre de pages

238

ISBN papier

978-2-37910-031-4

ISBN numérique

978-2-37910-037-6

Author

Marianne Stern

Reviews

There are no reviews yet.

Be the first to review “That’s a long way to hell”

Editorial Review

"Ce livre n’est pas évident à classer cependant il m'a offert de beaux moments de lecture. On suit la vie de Hans, un anti-héros. Un personnage qui a vécu une vie remplie de maux à la sauce d'un père absent et d'une mère qui n'a de rôle de mère que le nom. Enfin c'est ce qu'on nous fait croire au fil de la lecture. Une ambiance de métal, drogue et décadence pour ce personnage que l'on déteste. L'auteure joue de la psychologie des personnages agrémentée de relation toxique pour une descente aux enfers bien amenée. Un roman entre réalité et fantastique."

Geraldine45 pour Babelio, mars 2021

"Ce roman rôde dans l'univers fantastique et un peu polar, tout en étant une sorte d'autobiographie d'un rocker fictif accro au credo Sex, Drug and Rock&Roll. […] On prend plaisir à détester Hans, qui est exécrable avec ses potes, sa copine, sa mère, et préfère se poudrer le nez et jouer de la musique aux humains qui l'entourent. Il préfère même davantage Carrie à sa copine Tania. L'auteure a su jongler entre réel et fantastique pour parfois nous mener en bateau. […] Le petit plus : de belles références musicales disséminées au début des chapitres !"

Sabrina1988 pour Babelio, mars 2021

"J’étais enthousiaste à l’idée de suivre Hans et de découvrir comment il allait réaliser son rêve et passer de l’anonymat à la célébrité. Ce que je n’avais pas vu venir cependant, c’est le monde dans lequel évolue les personnages et le caractère de ces derniers. En effet, nous sommes dans un monde où la Russie a, semble-t-il, dominé tout le territoire de Moscou à Berlin, voire plus […] et out comportement suspect peut être rudement réprimé. […] Côté personnages si vous recherchez un protagoniste héroïque, passer votre chemin. Hans est loin d’être un enfant de cœur, il a d’ailleurs probablement plus de drogue et d’alcool que de sang dans les veines… […] L’univers est très intéressant et toute la partie sur la musique m’a plu."

Pauline Kiiritii pour Kiriiti's Blog, décembre 2020

"L’auteure a su mélanger les genres pour un résultat qui, en moins de 300 pages, vous embarque dans un esprit totalement torturé. Pourtant, plutôt que de nous faire ressentir un certain malaise, nous avons envie de plonger plus profondément pour en apprendre encore plus. A travers ses personnages, et principalement Hans, Marianne Stern a su toucher et titiller notre propre psychologie, notre esprit en pleine ébullition va encaisser chacune des choses que celui de Hans encaisse. Chacune des « apparitions » vous apparaîtra dans le réel et non pas uniquement à travers les pages d’un livre."

Le monde enchanté de mes lectures, novembre 2020

"Ce qui fait le cœur du livre : la trajectoire de Hans et de son groupe de musique rock. Celle-ci est très classique, la musique leur sert à s’évader, à se rebeller contre le système et comme exutoire à leur égo pour la plupart. […] On sent la connaissance du milieu rock et métal de l’autrice dans ce roman richement référencé. Mais le problème vient de son narrateur qui est un illustre connard et le mot est faible. […] Un aspect du roman vient relever le tout : le traitement du surnaturel et l’aspect fantastique du roman. Là c’est franchement réussi, le roman s’inscrit dans la définition du fantastique classique où on ignore vraiment si tout ce qui se produit est réel ou issu de l’esprit dérangé d’un Hans clairement pourri par les drogues et la folie. Les scènes avec l’irruption du surnaturel sont vraiment bien écrites et angoissantes. […] Ainsi, That’s a long way to hell est un roman axé sur le monde de la musique métal en montrant les aspects positifs liés à la scène et aux partages, mais aussi les travers et la décadence."

Céline Danaë pour Au Pays des caves Trolls, novembre 2020

"That’s a long way to hell est un one-shot plutôt réussi qui pose une ambiance metal, drogue et décadence à l’ancienne mode. Porté par un anti-héros qu’on adore détester, le texte se place à la frontière des genres : surnaturel ou pas ? Vous le découvrirez en achevant sa lecture. Orienté autour de la psychologie des personnages et les relations toxiques, ce texte provocateur fera grincer des dents mais on le lit justement pour cette raison. J’ai beaucoup aimé et je ne peux que le recommander chaudement."

Ombrebones, avril 2020

"L'auteure nous plonge  dans une ambiance lourde Les premiers mots qui me viennent une fois la lecture finie sont « Sex, Drug and Rock&Roll », je pense que c'est ce qui résume le plus simplement l'histoire de notre anti-héros. Hans, guitariste  vouant un amour sans faille pour sa guitare Carrie convainc son ami Max de se lancer dans la folle aventure de son  groupe de Death Métal « Guns of Berlin ». La notoriété du groupe ne tarde pas à émerger tout comme  la descente aux enfers du leader Hans. La drogue et la violence deviennent son quotidien. Alors qu'il semble avoir le fond du trou, il s'enfonce encore plus quand il commence à voir des fantômes. Sont-ils réels ou sortent-ils de son cerveau de toxicomane ? C'est ce que l'on découvrira à la fin. […] Le rythme qu' a pris  l'histoire au fur et à mesure de mon avancée  m'a donné l'envie de  connaître la fin de l'histoire de Hans et des Guns."

Ulfin Liath pour l'univers d'Ulfin, mars 2020